24.03.2013

Coeur à coeur: la communication

image en jpg

17.03.2013

L’honnêteté existe encore!

reconnaissance photoVoici un récit réel qui nous montre qu’il existe encore du bon monde.

On n’en a pas beaucoup parlé,  le 2 décembre 2012, un athlète espagnole, Iván Fernández Anaya concourait dans une compétition rurale à Burlada, Navarre. Il était deuxième, à quelque distance derrière le meneur de course, Abel Mutai (le médaillé kényan de bronze dans le 3 000 mètres aux jeux Olympiques de Londres). Alors qu’ils sont entrés dans la dernière ligne droite, Fernández Anaya a vu le coureur kényan (le vainqueur certain de la course) ralentir et s’arrêter à 10 mètres de la ligne d’arrivée, pensant qu’il avait déjà traversé la ligne.

Fernández Anaya l’a rattrapé rapidement, mais au lieu d’exploiter l’erreur de Mutai pour le dépasser et réclamer une victoire, il est resté derrière et, faisant des gestes, dirigea le kényan vers la ligne et lui a permis de traverser en premier. 

Ivan Fernández Anaya
, à 24 ans est considéré comme un athlète ayant un grand avenir devant lui (champion d’Espagne de 5 000 mètres dans la catégorie il y a deux ans). Voici ce qu’il dit après le course : «Même si on m’avait dit que gagner m’aurait permis d’avoir une place dans l’équipe espagnole pour les championnats européens, je ne l’aurais pas fait. Je pense aussi que j’ai gagné quelque chose, ayant fait ce que j’ai fait, au lieu de gagner la course. Et cela est très important, parce qu’aujourd’hui, de la façon dont les choses se font dans les cercles du football, dans la société, dans la politique… il semble que n’importe quoi est permis. Un geste d’honnêteté sera toujours le bienvenu. L’honnêteté, l’intégrité va bien au-delà du sport. » Ivan Fernández Anaya

10.03.2013

Souvenez-vous…

Suite au décès d’un membre de la famille, j’ai décidé de rappeler qu’il est important de dire aux gens qu’on aime « Je t’aime ». Aussitôt que vous avez l’impulsion alors « courriellez »,« textez » ou même appelez car on ne sait jamais. Peut-être que le lendemain, il sera trop tard.

Alors cette semaine, laissez-vous aller.

28.02.2013

Une histoire qui fait réfléchir!!!

mariage litLorsqu’un ami facebookois Sylvain Garceau a posté cette histoire, je me suis laissé tenter par sa petite note « Mariés ou non, vous devriez lire ceci… ». Que cette histoire soit réelle ou non, elle m’a fait réfléchir et je me suis dit que peut-être aiderais-je quelqu’un en la partageant.

« Quand je suis rentré ce soir-là, et que ma femme a servi le dîner, je lui tenais la main et dit: J’ai quelque chose à vous dire. Elle s’assit et mangea tranquillement. Encore une fois j’ai observé la douleur dans ses yeux.

Tout à coup, je ne savais pas comment ouvrir ma bouche. Mais je devais lui dire ce que je pensais. « Je veux divorcer ». J’ai soulevé le sujet calmement. Elle ne semblait pas être ennuyé par mes paroles, bien au contraire elle me demanda doucement : pourquoi?

J’ai évité la question. Cela la mit en colère. Elle a jeté les couverts et me cria : tu n’es pas un homme! Cette nuit-là, on ne s’est pas parlé l’un l’autre. Elle pleurait. Je savais qu’elle voulait savoir ce qui était arrivé à notre mariage. Mais je ne pouvais lui donner une réponse satisfaisante, elle avait perdu mon cœur, car il s’était tourné vers Jane. Je ne l’aimais pas du tout, j’avais juste pitié d’elle!

Avec un profond sentiment de culpabilité, j’ai rédigé une lettre de divorce, qui stipulait qu’elle pouvait avoir notre maison, notre voiture, et 30% du capital de ma société. Elle la regarda, puis la déchira en mille morceaux. La femme qui avait passé dix ans de sa vie avec moi était devenue une étrangère. J’étais désolé pour elle et pour la perte de temps, de ressources et d’énergie, mais je ne pouvais pas reprendre ce que j’avais dit car j’aimais Jane chèrement. Enfin, elle a crié haut et fort en face de moi, et c’est ce que je m’attendais à voir. Pour moi son cri était en fait une sorte de libération. L’idée d’un divorce qui m’avait obsédée pendant plusieurs semaines semblait être plus ferme et plus clair maintenant.

Le lendemain, je suis rentré très tard et l’ai trouvée entrain d’écrire quelque chose à la table. Je n’ai pas pris le souper, mais je suis allé directement au lit et m’endormi très vite parce que j’étais fatigué après une journée bien remplie avec Jane. Lorsque je me suis réveillé, elle était toujours là au bureau. Je n’y ai pas prêté attention, je me suis retourné et ai encore dormi.

Dans la matinée, elle a présenté ses conditions de divorce: elle ne voulait rien de moi, mais elle avait besoin d’un mois de préavis avant le divorce. Elle a demandé que, dans cette période d’un mois nous aurons tous deux à lutter pour vivre une vie aussi normale que possible. Ses raisons sont simples: notre fils aura ses examens dans un mois, et elle ne voulait pas lui perturber le morale par notre mariage brisé.

Ce fut agréable pour moi. Mais elle avait quelque chose de plus, elle m’a demandé de me rappeler comment je l’avais transporté dans la chambre nuptiale le jour de notre mariage. Elle a demandé que tous les jours pendant la durée du mois, je l’emmène hors de notre chambre à la porte chaque matin. Je croyais qu’elle devenait folle. Afin de rendre nos derniers jours d’ensemble agréables, j’ai accepté sa demande bizarre.

J’ai parlé à Jane des conditions de divorce de ma femme. . Elle éclata de rire, et trouva cela absurde : « Peu importe les méthodes qu’elle appliquera, elle doit faire face au divorce », dit-elle avec mépris.

Ma femme et moi n’avions pas eu de contact de corps depuis que mon intention de divorce a été explicitement exprimée. Donc quand je l’ai portée le premier jour, nous avons tous deux paru maladroits. Notre fils applaudit derrière nous disant : « papa tient maman dans ses bras. » Ses paroles m’ont apporté un sentiment de douleur. De la chambre au salon, puis à la porte, j’ai marché plus de dix mètres avec elle dans mes bras. Elle ferma les yeux et dit doucement, ne dis rien à notre fils au sujet du divorce. J’ai hoché la tête, me sentant quelque peu bouleversé. Je l’ai posée devant la porte. Elle est allée à attendre le bus pour aller au travail. J’ai conduit seul et partis au bureau.

Le deuxième jour, nous l’avons fait beaucoup plus facilement. Elle se pencha sur ma poitrine. Je pouvais sentir le parfum de son chemisier. J’ai réalisé que je n’avais pas regardé cette femme attentivement pendant une longue période. J’ai réalisé qu’elle n’était pas jeune non plus. Il y avait des fines rides sur son visage, ses cheveux grisonnaient! Notre mariage avait fait des ravages sur elle. Pendant une minute, je me suis demandé ce que j’avais fait d’elle.

Le quatrième jour, quand je l’ai soulevée, j’ai senti au retour un sentiment d’intimité. Ce fut la femme qui avait donné dix ans de sa vie pour moi. Le cinquième jour, et le sixième, j’ai compris que notre sentiment d’intimité renoué était croissant. Je n’ai rien dit à Jane à ce sujet. Il est devenu plus facile de la porter au fur et mesure que le mois s’écoulait. Peut-être que la séance d’entraînement quotidienne m’a rendu plus fort.

Et un matin, elle se mit à chercher quoi porter. Elle a essayé pas mal quelques robes mais ne pouvait pas trouver une qui la convienne. Puis elle soupira : « toutes mes robes ont grandi ». J’ai soudain réalisé qu’elle avait tellement maigri, c’était la raison pour laquelle je pouvais la porter plus facilement.

Tout à coup, cela m’a frappé … elle avait enduré tant de douleur et d’amertume dans son cœur. Inconsciemment, j’ai tendu la main et toucha sa tête.

Notre fils est venu en ce moment et dit: Papa, il est temps de porter maman. Pour lui, voyant son père portant sa mère était devenue une partie essentielle de sa vie. Ma femme fit un geste à notre fils de venir plus près et le serra étroitement. Je tournais mon visage parce que j’avais peur, je pourrais changer d’avis à la dernière minute. Je l’ai alors prise dans mes bras, marchant de la chambre, à travers le salon, dans le couloir. Elle mit doucement et naturellement ses mains autour de mon cou. Je l’ai serrée contre moi. C’était comme le jour de notre mariage.

Mais son poids beaucoup plus léger m’a rendu triste. Le dernier jour, lorsque je l’ai tenue dans mes bras, je pouvais à peine bouger d’un pas. Notre fils était allé à l’école. Je l’ai tenue fermement et lui dit: Je n’avais pas remarqué que notre vie manquait d’intimité. J’ai conduit et suis allé au bureau …. J’ai sauté de la voiture rapidement sans verrouiller la porte. J’avais peur qu’il soit tard pour moi de changer d’avis … Je pris les escaliers. Jane ouvrit la porte et je lui ai dit, Désolé, Jane, je ne veux plus de divorce.

Elle me regarda, étonnée, puis toucha mon front : « As-tu de la fièvre? » Dit-elle. J’ai enlevé sa main de ma tête : « Désolé, Jane », je dis, « je ne vais pas divorcer. Ma vie conjugale était ennuyeuse sans doute parce qu’elle et moi n’avions pas valorisé les détails de nos vies, et non parce que nous ne nous aimions plus. Maintenant je me rends compte que depuis que je l’ai amenée à mon domicile le jour de notre mariage, je suis censé la garder jusqu’à ce que la mort nous sépare ». Jane semblait soudainement se réveiller. Elle m’a donné une claque forte puis claqua la porte et fondit en larmes. Je descendis et m’en allais. À la boutique de fleurs sur le chemin, j’ai commandé un bouquet de fleurs pour ma femme. La vendeuse m’a demandé ce qu’elle pouvait écrire sur la carte. J’ai souri et j’ai écrit : Je te porterais chaque matin jusqu’à ce que la mort nous sépare.

Ce soir je suis arrivé à la maison, des fleurs dans mes mains, un sourire sur mon visage. Je montais les escaliers, mais seulement, hélas, pour trouver ma femme dans le lit, morte. Ma femme avait été lutté contre le cancer depuis des mois et j’ai été tellement occupé avec Jane, que je n’ai même pas remarqué. Elle savait qu’elle allait mourir bientôt et elle a voulu me sauver de la réaction négative de notre fils, au cas où nous aurions divorcé. Du moins, aux yeux de notre fils – je suis un mari aimant … .

Les petits détails de votre vie sont ce qui importe vraiment dans une relation. Ce n’est pas la maison, la voiture, la propriété, l’argent à la banque. Ceux-ci créent un environnement propice pour le bonheur mais ne peut pas donner le bonheur en eux-mêmes.

Donc, trouver du temps pour être l’ami de votre conjoint et de faire ces petites choses pour l’autre qui construisent l’intimité. Faire un vrai mariage heureux!

Si vous ne partagez pas ceci, rien ne vous arrivera.

Si vous le faites, vous venez peut-être de sauver un mariage. Beaucoup d’échecs de la vie sont dus au fait que les gens ne se rendent pas compte à quel point ils étaient près du succès au moment où ils ont abandonné. ♥

17.02.2013

Les gens qui passent dans notre vie

Est-ce que ça vous ai déjà arrivé que des gens soient arrivés dans votre vie comme par hasard, et qui vous ont fait énormément de bien? Et après un certain temps, ils sont disparus comme ils sont arrivés.

Il ne faut pas être triste, il faut même se réjouir! Pourquoi? Parce que s’ils sont partis, c’est tout simplement parce qu’ils n’ont plus rien à vous apporter. Donc vous, vous êtes rendus à une autre étape de votre vie.

La morale de ma réflexion aujourd’hui, c’est de vivre le moment présent. Il ne faut pas vivre dans le passé, ni dans le futur. Il faut vivre le moment quand il est , il faut le vivre au maximum.

Si cette chronique vous a aidé et que vous désirez faire un don, cliquez ici.